DIMENSIONS

— Concept de la création —

DIMENSIONS est un trio entre deux danseuses, Sandy den Hartog et Sarah Kuntz, et un saxophoniste, Robin Gwenolé. Il a pour objectif d’investir un espace pour en proposer une nouvelle approche. Le public est amené à (re)découvrir un lieu et ses spécificités, mis en valeur par la danse contemporaine d’une manière inédite.

Cette prestation déambulatoire de 35 minutes vise à rassembler tous types de publics et se veut accessible. Par sa durée et sa jauge réduite (moins de 100 personnes), plusieurs prestations peuvent être proposées lors d’un même évènement, sur une ou plusieurs journées.

Conçu en plusieurs parties, DIMENSIONS est modulable et s’adapte en fonction du lieu qui l’accueille et de son histoire. L’enjeu de cette création est de permettre, en partant d’une base construite, une large liberté chorégraphique. Les artistes chercheront la manière la plus juste de mettre en lien la création avec les espaces investis.

La forme déambulatoire amène le public à se déplacer avec la performance. Le spectateur se laisse guider par la danse et la musique à travers les différents espaces du lieu valorisé, et expérimente ainsi une nouvelle manière d’appréhender et de voir une performance artistique.

— Rapport au public —

L’idée avec DIMENSIONS est de s’adapter à un tout public qui puisse profiter d’un moment artistique en famille, seul ou accompagné, où chacun trouvera son compte à travers différents niveaux de lecture. L’objectif recherché est de donner une expérience participative, ludique et originale d’un espace afin de faciliter l’accès de tous à la culture et à l’art. Grâce à DIMENSIONS, nous voulons amener la danse et la musique vers un public qui ne s’y intéresserait pas forcément de prime abord. Réciproquement, des spectateurs peuvent être incités par la performance à pousser les portes d’un lieu. Nous aimons mélanger les différents types de publics et toucher des gens qui ne viennent pas forcément dans un objectif commun.

La création se prévoit plutôt pour une jauge réduite, permettant de créer un lien particulier entre les artistes, le public et le lieu, créant une intimité propice à l’implication et l’imagination du spectateur.

Enfin, la déambulation permet, sans brusquer le spectateur, de casser une forme de passivité habituellement induite par le spectacle en salle où le public reste assis face au quatrième mur, inhérent à la forme traditionnelle de la représentation artistique. Le public sera libre par la suite de revenir sur ses pas, de prendre le temps d’observer ce qu’il a aperçu durant la prestation, et d’inventer sa propre histoire du lieu à travers son ressenti induit par la performance.

— Accueils en résidences de création —

  • Conservatoire à Rayonnement Régional de Rennes (octobre 2020)
  • Ville de Saint-Gilles (novembre 2020)
  • Château de Bézyl (séance photos – novembre 2020)
  • Domaine des Hayes (décembre 2020, janvier, février, mars 2021)

— Presse —

Photographies : Emilie Guilland